+41 78 974 75 42

La régulation du chauffage, une source d’économies

Pour optimiser les consommations d’énergie, tous les systèmes de chauffage ont besoin d’avoir une régulation.

Elle peut être individuelle comme le panneau de commande d’un chauffage électrique et/ou centralisée, notamment pour les chaudières. Cependant, les thermostats classiques (mécaniques) ne permettent de réguler qu’avec une seule température de consigne, idéalement 19°C. Cela signifie que l’on chauffe toujours à la même température, que l’on soit présent dans sa maison ou non. Or, une baisse de la température de consigne de 1°C permet une économie d’énergie d’environ 7%, il faut donc éviter au maximum de chauffer lorsque l’on est absent… c’est précisément le rôle d’une bonne régulation. Voici un panorama des différents types de régulation de chauffage ainsi que des conseils sur leur utilisation. Vous pourrez ainsi faire des économies de chauffage tout en maintenant un confort thermique satisfaisant.

Le thermostat d’ambiance programmable

Le thermostat d’ambiance programmable fonctionne exactement de la même manière qu’un thermostat d’ambiance classique à la différence près qu’il permet la mise en place de réduits de températures. En effet, il sera possible de définir des plages de temps (différentes ou non) pour chaque jour de la semaine où la température de consigne sera différente, classiquement la nuit et en période d’inoccupation. Ensuite, comme le thermostat d’ambiance, une sonde de température pilotera la demande de chauffage, en fonction de la température de consigne.

Là encore, une thermostat d’ambiance peut piloter directement la chaudière, le circulateur, vanne 3 ou 4 voies ou des têtes thermostatiques programmables. Le signal est à contact sec et peut-être soit en 12V, soit en 230V selon les configurations. A noter que de plus en plus, les chaudières intègrent directement un thermostat d’ambiance programmable. Le pilotage d’un chauffage électrique est également possible avec un thermostat d’ambiance programmable par l’intermédiaire d’un relai électrique. Mais il faut pour cela que le chauffage électrique accepte la mise hors tension complète, ce qui n’est pas le cas des éléments récents (avec de l’électronique).

Bien régler son chauffage

La notion de réduit température

La température de confort d’une maison se situe entre 19 et 19.5°C. Il n’est cependant pas nécessaire de chauffer à cette température lorsque vous n’êtes pas présent dans votre maison, la nuit ou encore dans les pièces que vous n’utilisez pas. Vous pouvez ainsi mettre en place, via une régulation programmable, des réduits de température. Le réduit le plus courant est de 18°C. Pour des périodes d’inoccupations prolongées comme un week-end de trois jours, il est possible de mettre en place un réduit de température de 14 à 16°C.

Pour résumer :

  • entre 14°C et 16°C: période d’inoccupation supérieure à trois jours
  • 16°C : période d’inoccupation de 24 à 72h
  • 18°C : nuit, inoccupation temporaire (quelques heures)

Le temps de chauffe

L’idée d’un thermostat d’ambiance est d’allier confort thermique et économies d’énergie. Pour cela, il faut baisser la température lors des périodes d’inoccupation. Cependant, il ne faut pas oublier l’inertie de la maison et le temps de mise en chauffe. En effet, si la mise en température est rapide avec des convecteurs électriques (+isolation intérieur), ce n’est pas forcément le cas des systèmes à eau. Il faut donc trouver empiriquement (c’est-à-dire par tâtonnement ou expérience), le temps moyen que met votre maison à remonter en température. En général c’est de l’ordre de 20 minutes à 1h pour remonter de 2°C, mais cela dépend de l’isolation et du système de chauffage. Cela dépend également de la température extérieure. Certains systèmes proposent ainsi une sonde de température extérieure pour pouvoir ajuster la durée de mise en chauffe en conséquence.

Il est intéressant de noter que dans les cas d’une isolation par l’extérieur, la mise en température est plus lente et la mise en chauffe sera donc déclenchée un peu plus tôt (a contrario, on pourra baisser la température plus tôt au début du réduit).

Les technologies

Comme la plupart des systèmes électroniques (alarmes par exemple), il existe plusieurs versions, une avec fils et l’autre sans. Voyons donc ce que cela donne sur les régulations.

Le filaire: Les systèmes filaires sont les plus adaptés pour la régulation d’une chaudière. Il suffit en effet d’un fil reliant la régulation et la chaudière pour que cela fonctionne. Cela peut également être mis en place pour un système électrique, mais il faut alors passer des fils dans toute la maison. Peu gênant dans le cas d’une construction, cela peut être difficile voire impossible en rénovation.

Le sans fil: Pour éviter d’avoir à passer de multiples fils reliant le système à chaque émetteur de chaleur électrique, il est préférable de passer par ondes grâce à un système sans fil. Il est donc particulièrement adapté pour la rénovation. Les modules « pilotes » se relient facilement aux radiateurs, mais ceux-ci doivent toutefois pouvoir en être équipés.

Conclusion

La mise en place d’une régulation par thermostat d’ambiance programmable, qu’elle soit centralisée ou par zone, permet de faire de réelles économies pour un coût modeste et de gagner en confort thermique. Avec une chaudière, l’idéal est de coupler le système de régulation avec des robinets thermostatiques, voire des têtes thermostatiques programmables, pour une régulation encore plus fine et donc des économies d’énergie plus importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *